Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2010

Déchéance de l'homme blanc sous les tropiques

Détrempé par le confort matériel déliquescent où il se vautre, déstructuré par la culture corrosive de la mauvaise conscience qui depuis des décennies lui tient lieu de pensée philosophique, renonçant à la grande santé qui l'animait jusqu’à sa dernière grande épopée, les conquêtes coloniales du dix-neuvième siècle, l’européen n'est plus de taille face à la vigueur africaine, son exubérance, son ardeur sexuelle, son climat épuisant. Au premier faux pas, il dévisse en une longue glissade ininterrompue jusqu’à la ville nègre où, déclassé, il survit, méprisé par les Noirs, délabré par la malaria, hébété par l'alcool, exploité par de jeunes et robustes concubines qui épuisent ses dernières ressources.

Les commentaires sont fermés.