Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2011

Christianisme et Islam

Selon le philosophe Rémi Brague, l’Europe s’est formée sur un mode unique dans l’Histoire, la «digestion-inclusion ».

Il signifie par là que l’Europe s’est nourrie de la civilisation grecque et juive (Athènes et Jérusalem), Rome servant de passerelle – de passe-plats pour filer la métaphore – et qu’elle a su les inclure en elle, en en conservant l’altérité. Ainsi, elle ne s’est pas coupée de ses sources, auxquelles elle n’a cessé de se comparer, souvent avec un œil critique.

Cet exercice auto-critique a notamment débouché sur la Renaissance, quand l’Europe a voulu combler le fossé qui lui semblait la séparer de ses modèles antiques.  Plus généralement cet esprit d’ouverture universel est la marque propre de l’Europe : ainsi Rabelais s’interroge sur les Indiens, tandis que Montesquieu essaie de nous voir à travers le regard d’un Persan imaginaire. Cette confrontation critique avec l’autre a constamment poussée l’Europe à se dépasser.

Au contraire, l’Islam a procédé par digestion pure, de telle sorte, qu’à la fin du processus, plus rien ne subsistant de la nourriture originelle, il s’est coupé de ses sources et s’est développé de manière autonome, en circuit fermé – d’où son déclin.

Le Nouveau Testament ne rejette pas l’Ancien, les deux formant la socle de la religion chrétienne (le marcionisme, vaincu, proposait au contraire d’abandonner l’Ancien Testament et de ne retenir que le Nouveau). L’Islam conteste les textes des Ecritures, accusant juifs et chrétiens de les avoir mal interprétés, sciemment ou non. Le Coran devient l’unique référence de l’Islam.

Aujourd’hui, l’Europe semble avoir perdu cette vigueur et s’enfermer dans une sorte d’autisme – par autosatisfaction ou incapacité à se remettre en cause. Elle n’écoute plus le Monde. La Chine nous dit qu’il faut travailler plus ; les Etats-Unis que tout le monde n’est ni beau ni gentil et que nous avons des ennemis ; l’Islam qu’il faut faire des enfants. Nous hochons la tête, dubitatifs, narquois et continuons comme si de rien n’était. Combien de temps ? Jusqu’où ?

Les commentaires sont fermés.