Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2012

Humeurs de droite

Dandysme :
La tenue de ville, formée à partir de quatre pièces, costume, chemise, cravate, chaussures, de trois styles, italien, français, anglais, et d’un nombre limité de couleurs offre un palette de combinaisons suffisamment grande pour que l’homme élégant y trouve son compte, et suffisamment réduite pour que tout homme riche un tant soi peu avisé, bien conseillé ou simplement observateur s’en tire sans trop de dommages. La tenue décontractée permet à la fantaisie de s’exprimer plus librement ; or, dans tout domaine, l’exercice de la liberté est périlleux. Beaucoup ne franchissent pas l’épreuve ; abandonnés à la spontanéité de leurs inclinations ou livrés à l’imitation des vedettes « people », ils trahissent leur gaucherie ou affichent une vulgarité que masquait le strict costume classique – jouant à l’époque moderne le rôle sécurisant de l’uniforme.

Dernier avatar du rugby français : le Stade dit de France!
Rendez-nous le Parc des Princes, chaud bouillant!
Les étapes de la mort du rugby français :
les matchs du Tournoi en "prime time",
la professionnalisation,
Laporte sélectionneur,
le bleu de Prusse du maillot Nike,
Boudjellal à Toulon,
"anything else?"
"Père, gardez-vous à droite ! Père, gardez-vous à gauche !" ; ainsi Jean avertissait-il son père Philippe Le Hardi à la bataille de Poitiers.
Qu'entendons-nous aujourd'hui? Français regardez, imitez l'Allemagne, les démocraties du Nord, les Etats-Unis, la Russie, l'Angleterre ...!
Et si nous écoutions plutôt le Laboureur de Jean de la Fontaine parlant à ses enfants :
"Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l'endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'Oût.
Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place."
"Dieu et le Roy", à mes yeux, si je puis dire! la formule qui sonne le mieux.
Ensuite, pour se l'approprier, recherche des arguments rationnels qui le justifie.
Ou, les choix politiques de l’esthète.
 
 

 

Les commentaires sont fermés.